Le bruit dans le bâtiment et les travaux publics

Bruit en milieu de travail

Malgré les efforts des entreprises en matière de prévention des risques professionnels, le BTP est l’un des secteurs les plus touchés par le bruit au travail. Les sources de bruit dans le BTP sont, en effet, nombreuses : machines, engins de chantier, menuiseries…

178 cas de surdité ont été reconnus comme maladies professionnelles en 2015 par la Cnamts dans le BTP. Il parait donc important de poursuivre les actions de prévention à destination des salariés.

 

Qu’est ce qu’un bruit?

Un bruit est un son produit par des vibrations et perçu par l’oreille comme désagréable ou gênant.
L’intensité des sons se mesure en décibels.
Deux types de décibels sont pris en compte :

  • dB(A) : sons perçus par l’oreille humaine
  • dB(C) : sons instantanés pour les niveaux très élevés

Le bruit devient dangereux à partir d’un niveau de 80 décibels durant une journée de travail de 8 heures.
0 dB(A) = bruit le plus faible qu’une oreille peut percevoir
50 dB(A) = niveau habituel de conversation
80 dB(A) = seuil de nocivité (exposition de 8h/j)
120 dB(A) = seuil de douleur

 

Exemples d’équivalence d’exposition quotidienne

Être exposé 8h à 80dB(A) est aussi dangereux que d’être exposé 1s à 120dB(A)

A savoir

Les décibels ne s’additionnent pas.

C’est une échelle logarithmique. Si une machine produit 90 dB(A) alors 2 machines qui fonctionnent simultanément produisent 93 dB(A).

 

Le système auditif

  • Le son arrive dans le conduit auditif
  • Il fait vibrer le tympan
  • Le marteau et l’enclume situés dans l’oreille moyenne transmettent les vibrations
  • L’oreille interne décode le son et l’envoie vers le nerf auditif
  • Le nerf auditif véhicule le son vers le cerveau qui va l’analyser et l’interpréter

La fatigue auditive

Après avoir été exposé à un bruit intense, on peut souffrir temporairement de bourdonnements ou de sifflements d’oreilles (acouphènes) ainsi que d’une baisse temporaire de l‘audition. Cette fatigue auditive qui disparaît à la fin de l’exposition au bruit, doit vous alerter. Cela est souvent un signe annonciateur d’une souffrance de l’oreille interne.

La surdité irréversible

L’exposition prolongée à des niveaux de bruit élevés détruit progressivement les cellules ciliées de la cochlée. Cela conduit à une surdité irréversible car ces dernières ne se régénèrent pas.
Cette surdité peut être reconnue comme maladie professionnelle (Tableau n°42 du régime général).

Autres effets sur la santé

Outre la surdité, l’exposition au bruit peut entrainer des troubles du sommeil, de la fatigue, du stress, des troubles cardiovasculaires, de l’hypertension…

 

Le bruit qui parasite la communication, qui détourne l’attention et qui gêne la concentration augmente le risque d’accident du travail.

 

La réglementation

  • A partir de 80dB(A) ou 135dB(C) : Mise à disposition de protections auditives par l’employeur
  • A partir de 85 dB(A) ou 137dB(C) : Port obligatoire des protections auditives fournies
  • A partir de 87 dB(A) ou 140dB(C) : Valeur limite d’exposition avec protection auditive individuelle, à ne jamais dépasser

Exposition moyenne calculée sur 8 h de travail – dB(C) : pression acoustique de crête

Protection collective
  • Réduire le bruit à la source (choix de machines silencieuses, silentblocks, capotage des lames, encoffrement partiel…)
  • Limiter le temps d’exposition (rotation, alternance des tâches, aménagement de temps de pause…)
  • Traiter l’acoustique du local (panneaux absorbants, baffles…)
  • Éloigner les postes de travail bruyants
Protection individuelle

Bouchons à façonner : il sera modelé par le salarié avant sa mise en place dans le conduit auditif. Ce type de bouchon est en général à usage unique.

  • Leur ajustement est en général meilleur que les bouchons préformé ou avec arceau
  • Salissant au contact des mains, les manipulations pour sa mise en place nécessitent un renouvellement régulier pour éviter l’insertion de saletés dans le conduit auditif

 

 

Le PICB à coquilles: Il est positionné « autour » de l’oreille. Il est réutilisable mais il est conseillé de changer les coussinets tous les ans pour assurer une bonne étanchéité.

  • Bonne efficacité en termes d’affaiblissement.
  • Bien adapté à un port intermittent
  • Bonne solution en cas d’oreilles infectées ou ayant subies une intervention chirurgicale
  • Le pavillon doit être totalement contenu dans la coquille, attention aux branches de lunettes, aux barbes ou aux cheveux longs…

 

Le bouchon préformé / pré-moulé:

  • Il peut être introduit dans l’oreille sans façonnage préalable
  • Plus rapide à mettre en place que les bouchons à façonner;
  • La partie à insérer dans l’oreille n’a pas à être manipulée (diminution du risque d’infection);
  • Nécessité de trouver un modèle adapté à sa morphologie d’oreille sous peine d’inconfort et d’inefficacité du produit

 

 

Le bouchon avec arceau

  • Il se positionne soit sur le conduit auditif soit à l’intérieur.
  • Efficacité limitée, le bouchon ne fait que s’appuyer sur l’entrée du conduit auditif
  • Pratique pour un port intermittent
  • La partie à insérer dans l’oreille n’a pas à être manipulée (diminution du risque d’infection)

 

 

Le bouchon moulé individualisé (sur mesure)

  • Réalisé à partir d’une empreinte de l’oreille du salarié, il est adapté à l’oreille du porteur, ce qui le rend très confortable et facile à mettre en place;
  • Une mise en place incorrecte est rapidement détectable par le porteur qui perçoit immédiatement une gêne ;
  • La partie à insérer dans l’oreille n’a pas à être manipulée (diminution du risque d’infection);
  • Exige la réalisation d’une prise d’empreintes par un professionnel formé à cet effet (une mauvaise qualité de prise d’empreintes réduira fortement son efficacité)

 

 

 

 

Vous souhaitez adhérer au SIST BTP

Accéder au formulaire d'adhésion

J'y vais